Tout savoir sur la grippe espagnole


/

Lorsqu’on parle actuellement de la pandémie de coronavirus, certains guident souvent leurs pensées directement vers la grippe espagnole de 1918. C’est notamment un peu angoissant, car la grippe espagnole a fait extrêmement de dégâts dès la fin de la Première Guerre mondiale. Cependant nécessite-t-il une comparaison. Dans cet article, découvrez tout ce qu’il faut savoir sur la grippe espagnole.

Qu’est-ce que c’est la grippe espagnole

Encore surnommée pandémie grippale de 1918, la grippe espagnole est une endémie planétaire causée par une ascendante de type A (H1N1) extrêmement caustique et qui s’est étendu de mars 1918 à juillet 1921. Pour plus d’informations nécessaires, rendez-vous sur ce site internet. C’est la plus meurtrière de toute l’histoire. Elle a fait plus de 50 millions de décès voire même 100 millions selon certains relèvements. La première vague est donc apparue au printemps 1918. D’après certaines études, les débuts de l’endémie remonteraient entre 1889 et 1900, où certains chercheurs auraient découvert les premiers ascendants sur des jeunes Américains. Sachez déjà que cette grippe n’a rien d’Espagnole. Néanmoins, elle tient son nom de l’Espagne, car l’Espagne était le seul pays à partager librement des informations importantes liées à cette ennemie.

Les particularités de la grippe espagnole

Généralement, toutes les diverses formes de grippe ont une période d’incubation de 1 à 4 jours. Les symptômes de la grippe espagnole ressemblent ardemment aux symptômes des grippes ordinaires. Cependant, la maladie peut présenter une très grande inflammation aux poumons qui causent souvent beaucoup de difficultés respiratoires. Les symptômes principaux sont de la fièvre et des maux de tête. Le mal ne fait néanmoins qu’affaiblir les maladifs qui meurent par la suite des complexités qui en dérivent (asphyxie, insuffisance respiration). Il est très pénible de traiter les malades de la grippe espagnole lorsqu’elle se complique. Sachez tout de même que la plupart des victimes de cette pandémie ont toutes développé une surinfection bactérienne.